Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Population des villages sundgauviens (1826)

En 1826, notre région était divisée en plusieurs arrondissements comportant plusieurs cantons. Le découpage était différent par rapport à aujourd’hui, évidemment.
Les cantons d’Altkirch, de Hirsingue, de Ferrette, de Huningue, de Landser, de Habsheim et même celui de Mulhouse faisaient partie de l’arrondissement d’Altkirch.
Le canton de Dannemarie était englobé dans l’arrondissement de Belfort.

Population des villages sundgauviens (1826)

1826
Pourquoi cette date de 1826 ? C’est l’année d’édition du livre historique et topographique écrit par l’historien alsacien Jean-Frédéric Aufschlager.


En 1826, l’Alsace est française. L’empire napoléonien a chuté depuis 11 ans et Napoléon 1er est mort depuis 5 ans à Sainte-Hélène. Charles X, frère de Louis XVIII et de Louis XVI, est roi depuis 1an.
En ce temps-là, les habitants payaient des contributions directes qui sont un ensemble de 4 impôts, dites les 4 vieilles, établies sous la Révolution :
- contribution foncière, contribution personnelle et mobiliaire, portes et fenêtres* et droit de patente**.
*Portes et fenêtres : cet impôt était établi sur le nombre et la taille des portes et des fenêtres et ne touchait que les propriétaires. Ceux-ci ne construisaient donc que des logements avec de très petites ouvertures. Cet impôt a perduré jusqu’en 1917.
**Droit de patente : la patente autorisait l’exercice de certaines professions. Elle donnait à la personne à qui est elle accordée, la faculté d’exercer, pendant le temps pour lequel elle a été délivrée.

Dans son livre, l’historien alsacien recense tous les cantons du Haut-Rhin. Il est intéressant de découvrir l’orthographe des villages en 1826, comme par exemple, Illfurt, Carsbach, Kestlach, etc. , ou alors l’évocation de noms de villages qui ont été fusionnés et dont les noms sont presque oubliés de nos jours (Brinighofen (Breunighoffen), Enschingen ou Uberkumen). Il mentionne également le nom des hameaux inclus dans certains villages et surtout, nous indique le nombre d’habitants des bourgs et villages. Pour les chefs-lieux des cantons, il nous détaille brièvement l’historique de la ville, historique à replacer à la date de parution de son livre.


A cette époque, l’indication de la religion faisait partie du recensement du nombre d’habitants. L’auteur nous signale que les habitants étaient presque tous catholiques et que les communes où il ne mentionne pas les partis religieux sont toutes catholiques. D’ailleurs, lorsqu’il n’y a que des catholiques, il écrit "âmes".

Pour information, l’anabaptisme est un courant protestant qui prône un baptême volontaire et conscient, à un âge où la personne est en mesure de comprendre l’engagement qu’elle prend.
Pour les habitants de religion juive, il mentionne indistinctement les termes "juifs" ou "israélites". Ceux-ci ne figurent dans les registres de l'état-civil que depuis 1808.

Population des villages sundgauviens (1826)

Liste des communes que nous avons classées par ordre alphabétique.

Altenach, village sur la Largue, a 405 âmes.

Altkirch : la ville compte 2215 habitants, à savoir 2053 catholiques, 12 protestants, 20 anabaptistes et 130 israélites ; ces derniers y ont une synagogue. Elle est le siège du sous-préfet, du tribunal de première instance et d’une justice de paix. Ses foires sont très fréquentées. C’est au 13e siècle que la ville a été bâtie par Frédéric II, comte de Ferrette. Elle est divisée en deux parties, la ville supérieure et la ville inférieure. Le château, qui était fort élevé autrefois, est séparé de la ville par un fossé. Les Suédois le ravagèrent pendant la guerre de Trente ans. Les ducs d’Autriche, quand ils visitaient l’Alsace, s’y arrêtaient souvent. L’official auquel l’évêque de Basle confiait l’administration des affaires ecclésiastiques du Sundgau, résidait dans la ville. Dans le voisinage se trouve l’ancien couvent de St-Morand, appelé Morsmunster, que Frédéric, comte de Ferrette, a fait construire au 12e siècle. Non loin de là, on entre dans la forêt dite Berwald.

Ammerzwiller a 304 âmes.

Aspach, village de 482 âmes.

Attmansweiler ou Attenschwiller, village de 518 âmes.

Ballersdorf, village de 611 âmes.

Balschwiller a 550 âmes.

Belmagny a 124 âmes.

Bendorf, avec le hameau de Falbern, a 400 habitants dont 7 anabaptistes.

Berenzweiler, village de 393 âmes.

Bernwiller, village de 563 habitants catholiques, y compris ceux du hameau d’Ammerzweiler.

Bettendorf, proche de l’Ill, avec 358 âmes.

Bettlach, avec St-Blaise, a 258 âmes.

Biederthal a 284 âmes.

Bisel, sur la route de Basle à Montbéliard, avec 551 habitants (542 catholiques, 9 anabaptistes).

Bouxwiller a 349 âmes. A un quart de lieue vers l’ouest, se trouvait anciennementLuppach, couvent de cordeliers.

Bréchaumont ou Berchaumont (Bruckensweiler) a 429 âmes.

Bretten, dans une vallée, a 362 âmes.

Breunighoffen, petit village de 118 âmes.

Bruebach a 563 habitants, dont 5 anabaptistes.

Brunnstatt, village de 1254 individus (1239 catholiques, 8 protestants, 7 anabaptistes), sur la route de Mulhouse à Altkirch. Entre Brunnstatt et Mulhouse, Turenne livra, le 19 décembre 1674, un petit combat à l’électeur Frédéric-Guillaume de Brandebourg, soutenu par le général impérial, duc de Bournonville ; 4 jours après, il força le prince de Portia qui s’était jeté avec son régiment dans le château de Brunnstatt, à mettre bas les armes.

Burnhaupt-le-bas, village de 1031 âmes. Une grande foire s’y tient le lendemain de la Pentecôte.

Burnhaupt-le-haut compte avec Aspachbruck 1007 âmes.

Buttwiller, sur la Largue, a 261 âmes.

Carsbach, (Carolsbach), grand village de 929 âmes.

Chavannes-sur-l’étang (Klein-Schaffnatt) a 467 âmes.

Courtavon (Ottendorf), dans la vallée de la Largue, a 487 âmes.

Dannemarie, en allem. Damerkirch, chef-lieu et siège de la justice de paix du canton, est un bourg situé proche de la Largue, sur la route de Basle, à 4 lieues de Belfort et à 12 de Colmar. Sa population est de 1070 âmes. On y tient 6 foires.

Didenheim, village de 706 âmes.


Diefmatten a 194 âmes.

Dietweiler a 493 âmes.

Dirlinsdorf a 624 âmes.

Dirmenach, grand village sur l’Ill, a 1038 habitants (506 catholiques, 532 juifs ayant une synagogue).

Eglingen, village de 276 âmes.

Elbach ou Oelbach a 219 âmes.

Emlingen, village de 217 âmes.

Enschingen, village de 185 âmes.

Eschenzweiler a 805 âmes.

Eteimbes (Welsch-Steinbach) a 305 âmes.

Falkwiller a 225 âmes.

Feldbach, sur la même route, avec 302 habitants (297 catholiques, 5 anabaptistes). Plusieurs comtes et comtesses de Ferrette sont enterrés dans l’église.

Ferrette (all. Pfirt, lat. Phirretum), chef-lieu du canton, a 4 lieues d’Altkirch, sur la route de Basle à Porentrui, avec un château bâti sur un rocher, où demeuraient, dans le Moyen Âge, les comtes de Ferrette. On y voit un puits de 600 pieds de profondeur, taillé dans le roc.

La ville est située au pied du château et compte 675 habitants catholiques. Elle a une justice de paix, une poste aux chevaux et 4 foires. En 1445, la ville est incendiée par les habitants de Basle, parce que M. de Morimont (Mörsperg) a fait des incursions sur leur territoire. En 1633, les Suédois s’emparent de la ville et du château ; ils en sont chassés par une troupe de 4000 paysans en révolte ; après avoir reçu du renfort, ils tuent 2000 de ces paysans, en emmènent prisonniers à Landser 900, et en dispersent le reste. La seigneurie de Ferrette, qui date du 12e siècle, a passé à la maison d’Autriche, au 14e siècle, par mariage. L’empereur Sigismond l’a engagée pendant quelque temps à Charles-le-Hardi et l’a rachetée plus tard. Par le traité de Munster, en 1648, elle a été cédée à la France. En 1659, le roi la donna au cardinal Mazarin. Elle comprenait la ville et 34 villages.

Fislis, village de 428 âmes, sur l’Ill.

Flaxlanden a 538 âmes.

Folgenspourg ou Volkensberg, sur la route de Basle à Montbéliard, a 606 âmes.

Franken, village de 344 âmes.

Friessen, sur la Largue, avec 529 âmes, était jadis une commanderie de l’ordre de Malte.

Freningen, village de 559 habitants (381 catholiques, 8 anabaptistes, 70 juifs, ayant une synagogue). On y voit le château de M. de Reinach.

Füllern, avec 417 âmes.

Galfingen a 551 âmes.

Geispitzen a 470 âmes.

Giltwiller a 224 âmes.

Gommersdorf a 316 âmes.

Grenzingen, sur l’Ill, avec 596 âmes.

Guevenatt a 304 âmes.

Hagenbach, sur la route de Cernay à Dannemarie, a 515 habitants, dont 90 juifs.

Hagenthal-le-bas a 869 habitants (509 catholiques, 360 israélites ayant une synagogue).

Hagenthal-le-haut a 608 habitants (400 catholiques, 208 israélites ayant une synagogue).

Hausgauen, village de 265 âmes.

Hecken a 162 âmes.

Heidweiler, village de 362 habitants, dont 7 anabaptistes.

Heimersdorf, avec 440 habitants (437 catholiques, 3 anabaptistes).

Helfranzkirch a 590 âmes.

Henflingen, avec 161 âmes.

Heyweiler, petit village de 174 âmes.

Hindlingen, sur la Largue, avec 426 habitants (417 catholiques, 9 anabaptistes).

Hirsingen, grand village sur l’Ill, chef-lieu du canton, siège de la justice de paix. Sa population est de 1043 habitants (931 catholiques, 15 anabaptistes, 97 juifs ayant une synagogue). On y tient 4 foires.

Hirzbach, avec 706 habitants (688 catholiques, 18 anabaptistes).

Hochstadt, village de 974 âmes.

Hundsbach, village de 260 âmes.

Illfurt, village de 865 habitants, y compris ceux du hameau de Burnkirch, sur le confluent de l’Ill et de la Largue.

Jettingen, village de 443 âmes.

Kestlach a 567 âmes.

Kiffis, avec le hameau de Saalhoff, sur la pente de la montagne appelée Blochmont, au haut de laquelle on aperçoit les ruines du château de Blochmont. Sa population est de 396 âmes.

Kötzingen a 373 âmes.

Knöringen, village de 182 âmes.

La Chapelle (Kapellen), a 411 âmes.

Landser, bourg de 528 habitants (524 catholiques, 2 protestants, 2 anabaptistes), est le chef-lieu du canton et le siège d’une justice de paix. On y tient 3 foires. Ce bourg était autrefois le chef-lieu d’une seigneurie considérable qui fut démembrée peu à peu et passa entre différentes mains. Le vieux château de Landser est dévasté.

Largitzen, avec le hameau de Luffendorf, a 530 habitants (507 catholiques, 23 anabaptistes).

Leimen, avec le hameau de La Ritty, a 800 habitants (778 catholiques, 8 protestants et 14 anabaptistes). Sur une hauteur près de ce village se trouve le château de Landskron, gardé par quelques invalides.

Liebensweiler, petit village de 203 âmes.

Liebsdorf a 318 habitants, dont 9 anabaptistes. Près de là sont les ruines du château de Liebenstein.

Ligsdorf, sur la route de Porentrui, a 631 habitants, dont 8 anabaptistes.

Lindsdorf a 232 âmes.

Levoncourt (Lubendorf), sur la route de Porentrui, a 333 habitants, y compris ceux du hameau de Montingo (325 catholiques et 8 anabaptistes).

Lucelle (Lutzel), village de 279 habitants (260 catholiques, 8 protestants, 11 anabaptistes), sur le ruisseau du même nom. Il y existait jadis une célèbre abbaye de l’ordre de Cîteaux, fondée en 1124, par trois gentilshommes bourguignons ; elle avait acquis peu à peu des biens considérables. A une lieue à l’est de Lucelle on voit les ruines du château de Löwenberg, en face de celui de Blochmont. L’abbé de Lucelle l’avait acheté, en 1526, d’un gentilhomme de Basle, nommé Jean Thuring de Mönch. Au pied du château il y avait un couvent. Les hameaux de Scholis et de St-Pierre, ainsi que la verrerie, dépendent de la commune.

Luemsweiler, village de 770 habitants (568 catholiques, 12 anabaptistes, 190 israélites ayant une synagogue).

Lutran (Lutter) a 262 âmes

Lutter a 360 âmes.

Magny (Menglat) avec le moulin de la Gaille et le hameau de St-Léger a 236 âmes.

Manspach a 438 âmes.

Mertzen a 219 âmes.

Mittel-Muspach, avec la vieille maison de poste, compte 325 âmes.

Montreux-vieux (Alt-Munsterol) a 317 âmes.

Montreux-jeune (Jung-Munsterol) a 253 âmes.

Mörnach, village de 547 âmes.

Moos a 302 habitants dont 5 anabaptistes.

Niederlarg, sur la Largue, a 207 âmes.

Nieder-Muspach a 586 habitants, dont 6 protestants.

Nieder-Spechbach, village de 334 âmes.

Oberdorf, sur l’Ill, compte 544 habitants (418 catholiques, 126 juifs ayant une synagogue).

Oberlarg, sur la route de Porentrui, a 307 âmes.

Ober-Morschweiler, village de 325 âmes.

Ober-Muspach, village de 508 âmes.

Ober-Spechbach, village de 375 âmes.

Oltingen, sur la route de Porentrui, a 786 âmes.

Pfetterhausen, sur les frontières de la Suisse, dans une contrée couverte de bois, a 636 âmes.

Rädersdorf, sur l’Ill, a 498 âmes.

Rantzweiler (Randolzweiler) a 481 âmes.

Retzwiller, sur la route de Basle à Belfort, a 397 âmes.

Riespach, sur la route de Basle à Montbéliard, a 442 habitants dont 8 anabaptistes.

Romagny a 264 âmes.

Roppenzweiler, où se trouve la grande papeterie de MM. Zuber de Rixheim, compte 405 individus, dont 6 protestants.

Ruderbach a 220 habitants, dont 9 anabaptistes.

Schlierbach a 780 âmes.

Schwoben ou Schwobach, village de 218 âmes.

Seppois-le-bas (Nieder-Sept), sur la route de Basle à Montbéliard, compte 520 habitants (320 catholiques, 200 juifs ayant une synagogue).

Seppois-le-haut (Ober-Sept), sur la même route, a 380 habitants, dont 4 anabaptistes.

Sirenz, sur la route de Colmar à Basle, a 1220 habitants (961 catholiques, 3 protestants, 256 israélites qui y ont une synagogue. Poste aux chevaux.

Sondersdorf, avec les hameaux d’Hipolskirch et de Schönenberg, a 390 âmes.

Steinbrunn-le-bas a 702 âmes.

Steinbrunn-le-haut a 689 habitants, dont 33 juifs.

Steinsoulz a 502 âmes.

Sternenberg a 222 âmes.

Struth a 372 âmes.

St.-Côme (St.-Cosman) a 99 âmes.

St.-Ulric a 276 âmes.

Stetten a 297 âmes.

Tagolsheim, village de 264 âmes, sur l’Ill et la route de Mulhouse à Lucelle.

Tagsdorf, sur la route de Basle à Belfort, avec 238 habitants. (Là, l’auteur indique bien « habitants » et non « âmes », mais ne détaille pas. )

Traubach-le-bas a 493 âmes.

Traubach-le-haut a 623 âmes. Dans la proximité de ce village est le château démoli de Traubach.

Uberkumen a 263 âmes.

Uberstrass a 255 habitants, dont 6 anabaptistes.

Uffheim a 707 habitants, dont 95 juifs.

Valdieu (Gottesthal), petit village sur la route de Basle à Belfort, a 118 âmes.

Vieux-Ferrette a 508 âmes.

Wahlbach a 401 habitants, dont 9 anabaptistes.

Walheim, village de 520 âmes, sur l’Ill et la route de Mulhouse à Lucelle.

Waltenheim a 232 âmes.

Waltighoffen, sur la route de Basle à Montbéliard, a 460 habitants.

Weiler ou Willer, sur la Largue, avec 526 habitants, dont 5 anabaptistes.

Werenzhausen, village de 413 âmes.

Winkel, village de 585 âmes, près duquel est la source de l’Ill.

Wittersdorf, sur la route de Basle à Belfort, avec 666 habitants (631 catholiques, 35 juifs, ayant une synagogue).

Wolfersdorf a 209 âmes.

Wolschweiler a 562 âmes.

Zäsingen a 390 âmes.

Zillisheim a 1018 habitants (875 catholiques, 143 juifs ayant une synagogue). On y voit le grand château de M. de Klinglin, avec 365 fenêtres.

Zimmersheim, village de 493 âmes, au pied d'une colline couverte de vignes.

Population des villages sundgauviens (1826)

Source : Nouvelle description historique et topographique des deux départements du Rhin, Jean-Frédéric Aufschlager, imprimeur-éditeur J.Henri Heitz – Strasbourg, 1826.

Crédits photos : Photo 2 - Vue aérienne de Hagenbach (site de Hagenbach), photo 1 et 3, iSundgau.